•  

    Je partage avec vous ce texte que j'ai écrit il y a quelques années ...

    Le mal à l'âme
    Recherche du calme
    Trop longtemps pris dans le chaos
    De souvenirs lourds
    À porter et à vivre
    Pour cette âme
    Devenue trop fragile

    Même plus apte
    À penser à elle... pour elle
    Grandir, s'épanouir
    Un défi... un combat ?
    Elle ne sait plus
    Depuis un grand moment

    Plus rien de créatif
    Venant de cette âme
    Au point neutre
    Trop longtemps
    Elle ne progresse

    Elle attend...
    Qui ? Quoi ? Pourquoi ?
    Elle seule le sait
    Le moment venu
    De s'ouvrir et de revivre
    À nouveau

    Alors elle devient
    Moins lourde à porter
    Se surprend à nouveau
    Besoin d'énergie, de créativité
    De vie autour d'elle

    Le chemin se trace
    Lentement et prudemment
    Fragilisée encore
    Elle le demeure
    Depuis tout ce temps

    La Vie lui fait un clin d'oeil
    L'approche à nouveau
    Avec son lot de douceurs
    Elle reprend là
    Où elle s'était perdue
    Dans cet immense tourbillon
    Que l'on appelle
    Le mal à l'âme

    Le chemin s'est tracé
    À son insu
    Lui montre une nouvelle voie
    À prendre, à découvrir
    Confiance et espoir
    De connivence, devant elle
     

    Temps de parcourir
    Ce chemin qui s'annonce
    Un nouveau départ
    Pour cette âme
    Sortie du chaos


    Mireille
    29 juillet 2012


    60 commentaires
  •  

    La peur de perdre

     

    Nous avons peur de perdre notre conjoint, notre emploi, nos amis. Nous avons peur de perdre la face, de perdre une argumentation, nos biens, notre santé. Nous avons aussi peur de perdre notre confort et notre routine, devant des changements imminents.

    À cause de ces peurs, nous nous crispons dans des attitudes plus rigides pour ne rien perdre; nous tentons de contrôler tous nos environnements, de tout planifier, tout prévoir, tout superviser. Nous refusons d’adhérer aux changements, nous développons une tendance plus forte au contrôle et à la résistance, puis, nous devenons plus angoissés. Quand nous avons l’impression que nous sommes sur le point de vraiment perdre quelque chose, nous intensifions davantage nos comportements anxieux, alors, le stress nous ronge et nous épuise.

    Et pourtant, est-ce que notre peur de perdre quelque chose nous a déjà préservés de perdre quelque chose?

    Est-ce que parce que nous avons peur de perdre nous ne perdons jamais rien? Bien sûr que non! Certes, la peur peut nous amener à être plus prudent, mais bien souvent elle n’empêchera pas notre couple de s’étioler, notre emploi de se terminer, nos relations de s’appauvrir. Elle ne nous préservera pas de la faillite, des aléas de la vie quotidienne, des problèmes de santé, des changements.

    Cependant, la peur de perdre nous garantit quand même certaines choses : entre autres, celles de gâcher notre présent, de ruiner notre humeur, de perturber notre sommeil. Elle risque aussi, parce que nous adopterons des comportements indésirables basés sur la peur, de nous faire perdre notre conjoint(e), nos relations, notre emploi. Assurément, elle nous fera perdre notre calme, notre sourire et notre confiance en la Vie. S’il n’y a pratiquement aucun gain à entretenir la peur de perdre, pourquoi la maintenons-nous dans notre Vie? 

    Une peur a toujours une fonction vitale : elle nous indique clairement que nous ne nous faisons pas assez confiance à nos propres ressources et à la Vie. Il est donc possible, sans nous juger, d’accueillir nos peurs avec bienveillance pour ce qu’elles ont à nous enseigner, même si elles sont impuissantes pour ce qui est de changer la réalité. Si nous les accueillons, si nous nous accueillons avec nos peurs, nous saurons où nous avons besoin de nous aimer davantage… et nous aurons moins peur ! 

     

    Alors, plutôt que de nous juger durement lorsque l’anxiété de la peur surgit, tentons de voir ce que ces peurs nous apprennent sur nous-mêmes. 


    45 commentaires
  • La passion dans le quotidien

    Recherchez de la passion dans votre quotidien

    Il est possible que le ciel soit couvert aujourd’hui, qu’une tempête menace et que vous n’ayez rien envie de faire. Mais, gagnez-vous quelque chose à rester à la maison à regarder la pluie ?

    Peu importe que le ciel soit assombri, que vous ayez plus de cernes qu’hier sous les yeux, ou que vous n’ayez plus à vos côtés cette personne qui vous rendait heureux.

    C’est le moment de découvrir de nouvelles passions dans votre vie, de débuter de nouveaux projets. La passion s’entretient au quotidien, à travers de petites idées qui, une fois mises bout à bout, peuvent vous emmener vers de grandes choses.

    • Lorsque vous vous levez, pensez à quelque chose que vous aimeriez bien faire aujourd’hui.
      Par exemple sortir au parc, aller faire des courses, appeler cet ami que vous n’avez pas vu depuis longtemps, acheter un nouveau livre, essayer une nouvelle coupe de cheveux, ou vous rendre à ce cours qui vous intéresse tant.
    • Tout changement que vous ferez aujourd’hui, sera une pierre de plus pour construire le bonheur de demain, et cela vaut bien la peine d’essayer.

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique