• Qui a inventé ...


    Le roman policier ?

    C'es l'écrivain américain Edgar Allan Poe (1809-1849) qui aurait, le premier, écrit une histoire policière, The Murders in the Rue Morgue, publiée en 1841, dans
    Graham's Magazine. Son détective, le chevalier Auguste Dupin, doit résoudre un double meurtre crapuleux en usant simplement de déduction. Arthur Conan Doyle (Sherlock Holmes), Maurice Leblanc (Arsène Lupin), Agatha Christie (Miss Marple et Hercule Poirot) et Georges Simenon (Commissaire Maigret) lui emboîteront le pas.


    edgar-allan-poe.jpg


    Le stylo à bille ?

    C'est on observant les traînées de boue laissées par une boule de pétanque après une averse que le journaliste hongrois Lazlo Biro a eu l'idée de mettre au point le premier stylo à bille. Il a placé une bille de 1mm de diamètre dans un réservoir d'encre. En roulant sur elle-même, cette bille traçait une ligne sur du papier. Satisfait du résultat, il a fait breveter son invention en 1938.


    lazslo-biro.jpg


    14 commentaires
  • Société
    Steve Jobs et Apple I


    Conçu par Steve Wozniak, Steve Jobs et Ron Wayne dans le garage des Jobs, il fut le premier produit d'APPLE mis en vente en avril 1976. Son prix était alors de 666,66 $. Environ 200 unités furent produites. Une cinquantaine d'entre elles ont été vendues par un magasin d'électronique de Palo Alto. À la différence d'autres ordinateurs amateurs de cette époque qui étaient vendus en kit, l'Apple I était constitué uniquement d'une carte assemblée comprenant des composants électroniques dont environ trente circuits intégrés.

    Cependant, pour en faire un ordinateur fonctionnel, les utilisateurs devaient encore l'intégrer dans un boîtier avec une alimentation, un clavier, et un écran de télévision. Une carte facultative, fournissant une interface pour un lecteur de cassette, fut proposée plus tard pour un prix de 75 $.

    L'utilisation d'un clavier et d'un moniteur distinguait l'Apple I des machines concurrentes, telle que l'Altair 8800, qui étaient généralement programmées avec des interrupteurs et utilisaient des lumières clignotantes pour l'affichage. Cela faisait de l'Apple I une machine innovante pour son époque, malgré son manque de graphismes ou de fonctions sonores. La production fut arrêtée en mars 1977, avec l'apparition de son successeur, l'Apple II.

    L'Apple I est parfois considéré comme le premier ordinateur individuel vendu sous une forme entièrement assemblée. Cependant, certains pensent que cette caractéristique reviendrait légitimement à d'autres machines, telles que le Datapoint 2200.

    Il existe encore entre trente et cinquante exemplaires de l'Apple I, faisant de lui un article de collection. Une version originale de l'Apple I, y compris l’emballage d’origine et une lettre signée par Steve Jobs, a été vendue aux enchères chez Christie's à Londres le 23 novembre 2010. Initialement vendu à 666,66 $, l’ordinateur était mis aux enchères pour environ 150 000 livres (180 000 €) ; l'enchère s'est élevée à 133 250 livres (150 000 €). Cependant, le prix moyen d'un Apple I se situe entre 14 000 $ et 16 000 $. Un clone, compatible logiciel de l'Apple I, produit en utilisant des composants de nouvelle génération, a été mis sur le marché en 2003 en quantité limitée pour un prix d'environ 200 $.

    Source Wikipedia


    * Steve Jobs - biograhie de Walter Isaacson, 666 p.

    Livre (ou plutôt brique !) que je m'étais acheté à Noël 2011 et que j'avais commencé à lire à ce moment (environ 100 p.) et qui par la suite est demeuré dans ma bibliothèque. Période où j'avais arrêté de lire pour raison de santé et autres... Et pourtant ce livre est vraiment fascinant et prenant dès le début ! M'ayant remise à la lecture depuis qq mois, il est revenu sur ma table de chevet, le temps de terminer ma lecture du moment et ensuite on retourne à Steve Jobs 





    10 commentaires
  • Société
    Quel est le plus haut gratte-ciel de Montréal ?

    Ce titre a longtemps appartenu à la tour de la Bourse. Construit en 1964, cet édifice de 47 étages atteint 190 mètres.

    Note : édifice noir avec colonnes blanches à droite sur la photo. Endroit où j'ai également travaillé lorsque notre employeur a déménagé de 1998 à 2009, au 27e étage. Situé au bord du fleuve St-Laurent, à cinq minutes du vieux-port de Montréal.

    Mais en 1992, deux nouveaux gratte-ciel sont venus dépasser la tour de la bourse : le 1250 René-Lévesque et le 1000 de la Gauchetière (complètement à gauche sur la photo). Si on tient compte des antennes sur le toit du 1250 René-Lévesque, cet édifice est le plus haut de Montréal avec ses 230 mètres et ses 47 étages (sans les antennes, il mesure 199 mètres et se classe au deuxième rang). Quant au 1000 de la Gauchetière, cette tour de 51 étages mesure 205 mètres. Fait à noter, un règlement municipal à Montréal interdit toute construction qui dépasserait la hauteur du mont Royal, c'est-à-dire 233 mètres.



    centreville de montréal



    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique