• Acrostiche - Le temps présent

    horloge chez Dolus
    Merci à Dolus http://milfontaines.over-blog.fr/ qui a gentiment
    accepté de m'offrir cette photo pour mon acrostiche



    Le regard sur l'horloge
    Et ce temps précieux qui passe trop vite

    Trouver un moyen de l'arrêter
    Et profiter encore plus du temps présent
    Mais encore faut-il que cet instant soit agréable

    Parce que le temps peut aussi nous sembler une éternité
    Si la peur ou la douleur est présente

    Parfois aussi trop hâte à plus tard
    Revenir au temps présent
    Et ne pas tenter de le fuir
    Saisir cette opportunité qu'il nous offre
    Et en connaître le sens
    Ni l'avant, ni l'après
    Temps présent est tout ce que nous avons vraiment


    Mireille





       

    « Petit ruisseauCartes et livres »

  • Commentaires

    17
    Dimanche 5 Août 2012 à 17:07

    Coucou Mansfield, tout à fait et pas toujours facile à faire mais en vieillissant je le fais davantage... bisous

    16
    Samedi 4 Août 2012 à 15:42

    Celui qu'on apprécie vraiment et qu'il faut savourer, avec toi un peu aussi, alors merci Mireille!

    15
    Mardi 12 Juin 2012 à 02:10

    Merci Minouche, une réflexion parmi tant d'autres... :)

    14
    Lundi 11 Juin 2012 à 14:12

    Magnifique texte que tu offres là !!!!

    13
    Vendredi 8 Juin 2012 à 23:48

    Merci Covix :)

    12
    Vendredi 8 Juin 2012 à 23:45

    Bonjour Christian, merci c'est gentil :) bon WE à toi.

    11
    Vendredi 8 Juin 2012 à 23:44

    Bonjour Plume, merci pour ta réflexion... ne t'inquiète pas tu passes quand et comme tu le souhaites. On a tous nos moments où l'on est moins présent ou la forme morale n'est pas tout à fait là non plus. J'espère que tu passeras un doux WE, bisous

    10
    Vendredi 8 Juin 2012 à 23:41

    Tout à fait... merci à toi Mansfield, bisous

    9
    Vendredi 8 Juin 2012 à 19:30

    Très bel excercice...et si vrai

    @mitié

    8
    Vendredi 8 Juin 2012 à 17:37

    Coucou Jill, on trouve en général que le temps passe trop vite, mais on n'oublie les moments où il nous semble ne jamais avancer... bon WE à toi

    7
    Jeudi 7 Juin 2012 à 21:52

    Superbe en photo et en texte

    A bientôt

    6
    Jeudi 7 Juin 2012 à 17:30

    Même si je sais de source sûre que le présent n'est qu'une illusion dûe à son inssassiable éphémérité... je suis particulièrement sensible à l'envergure de réalité tangible que dégage tes mots et tes pensées... et il est vrai que le choix de cette photographie, illustre merveilleusement bien ton écrit...

    je suis désolée, Mireille, de ne pas t'écrire aussi souvent que je le souhaiterai actuellement, la fatigue a fait place à l'épuisement... sur ce ne t'inquiète pas je viens néamoins te lire tous les matins...

    Je t'envoie mes meilleures pensées accompagnées de tout plein de tendresse, ainsi qu'à Mimi...

    A bientôt

    Plume

    5
    Jeudi 7 Juin 2012 à 12:40

    Savoir profiter du temps présent, c'est exister réellement, tu le soulignes vraiment bien.

    4
    Jeudi 7 Juin 2012 à 07:58

    Bonjour Mireille !  Un temps trop court, trop long, selon nos humeurs et ce qu'en fait la vie....  bel acrostiche, passe un super jeudi cool et zen ! Bizzzz

    3
    Jeudi 7 Juin 2012 à 03:42

    Coucou Dolus, un GRAND merci pour tout cette info historique sur cette horloge ! et merci encore pour la photo pour cet acrostiche que je voulais faire sur le temps, bisous. 

    2
    Jeudi 7 Juin 2012 à 03:25

    Coucou Dolus, un GRAND merci pour tout cette info historique sur cette horloge ! et merci encore pour la photo pour cet acrostiche que je voulais faire sur le temps, bisous.

    1
    Jeudi 7 Juin 2012 à 02:36

    Son mécanisme subsiste encore, avec très peu de modifications. Il a toutefois cessé de faire fonctionner les cadrans au-dessus de la rue du Gros-Horloge et les cloches sonnant les heures et les quarts d’heure, remplacé en 1928 par une horloge électrique.
    Il fallut attendre le milieu du XVe siècle (1449), pour que la Rouvel, la cloche d’argent (ce surnom vient de sa couleur claire due à une proportion élevée d’étain dans son alliage) qui avait sonné la révolte de la Harelle, soit enfin remontée dans la tour à côté de la Cache-Ribaut qui, sonnant le matin et le soir, servait à régler le travail des ouvriers. Avant la construction de l’horloge, la Cache-Ribaut avait servi à sonner le couvre-feu le soir (c’est de là que vient son nom : elle indiquait qu'il était l'heure à laquelle les gens de mauvaise vie, les ribauds, se cachaient pour commettre leurs forfaits).
    A l’origine, l’horloge de Jehan de Felain se contentait se sonner les heures. C’est en 1410 que deux cadrans furent ajoutés au-dessus de la porte Massacre qui joignait l’Hôtel de Ville et le Beffroi. Le gouverneur de l’horloge Olivier Homo semble être l’auteur de cette amélioration et l’inventeur de l’ingénieux système de tiges et de pignons qui transmettaient le mouvement du mécanisme aux cadrans.
    En 1527-29, on démolit la porte Massacre. L’arcade fut reconstruite dans le style renaissance, surmontée d’un pavillon sur lequel furent apposés deux nouveaux cadrans. Ce sont les cadrans actuels. En plus de l'heure, ils nous donnent les phases de la lune et les jours de la semaines traités en un de ces triomphes que nous rencontrons souvent sur les édifices de la renaissance rouennaise.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :